SEMAINE #18 – Electricité et meuble escalier

/ janvier 7, 2019/ Chantier

Jour 59  :
Guillaume et Christophe s'occupent de finaliser les pièces pour réaliser la cloison.
Ils assembleront les traverses sur les futurs montants, ainsi que les appuis-lambris avant d'installer le tout dans la Tiny. Des équerres viennent renforcer la structure.
Notre calcul est juste, l'espace entre la cloison et le mur suffit, au cm près, à poser le bac à douche !
Pendant ce temps, Nolwenn assemble les pièces pour l'escalier-meuble. Les lamellos sont prêts à être collés !

Jour 59  :
Nolwenn est aidée par Guillaume pour finir de préparer l'escalier.

Les dernières encoches pour les biscuits lamellos sont réalisées, on peut maintenant visualiser le meuble-escalier qui n'attend plus que d'être collé !

Jour 60 :
Notre électricien Bruno vient installer les cables d'électricité dans la Tiny.
Pour rappel, les liteaux intérieurs (de 18mm d'épaisseur) permettent de conserver le vide technique nécessaire à l'acheminement des câbles électriques. Il faut parfois recouper ou percer les liteaux pour pouvoir poser les câbles, ce qui nous laisse penser qu'on peut gagner du temps en anticipant le cheminement des câbles.  
Le cable d'alimentation de la Tiny House, permettant de connecter l'habitat au réseau, est de 6mm² de section. Ce câble relie le tableau électrique général de l'habitation à la prise pour brancher la Tiny au réseau électrique, située dans le coffre.

Pour les personnes intéressés par la partie électricité : un délesteur est installé dans le tableau électrique de la Tiny. Cet équipement permet de maîtriser la puissance maximale consommé dans l'habitation : si le radiateur est à fond et la bouilloire en marche, le chauffe-eau n'est plus alimentée pour ne pas brûler les fils !

FOCUS sur la partie énergie :
Il est coutume de voir apparaître des Tiny-houses indépendantes énergétiquement. La première construite par Entropie sous un format d'autoconstruction, avec pour objectif de documenter les étapes de fabrication, ne comprend pas ce volet pour différentes raisons :
Mathilde, la future habitante souhaite vivre à proximité d'une maison existante. Cela permet de se raccorder facilement.
Le centre de l'activité de l'association ENTROPIE est le travail du bois, l'ébénisterie et l'éco-construction. La partie autonomie énergétique nécessite une étude détaillée des besoins de l'habitant, des ressources disponibles, du climat... En bref, nous n'étions pas en mesure approfondir (cette année !) ce point suffisamment pour proposer un système fiable, peu contraignant et robuste. 


Le coté écologique de l'autonomie énergétique est discutable : en effet, cette dernière nécessite à priori de faire recours à une solution de stockage. Sans avoir fait d'étude de marché exhaustive, il semblerait que la solution la plus probante soit de faire le choix d'une batterie au Litium, que l'on sait difficile à recycler. De plus, ce choix technologique prend de la place et ne peut être stockée dehors à cause du froid. Cela rajoute des contraintes, de l'argent, du temps pour un intérêt que ne savons à priori pas évaluer correctement. En somme, nous nous sommes dit qu'il valait peut être mieux commencer par bien faire tout le reste, et brancher la Tiny House à une habitation abonnée à ENERCOOP ! Au moins, l'énergie consommée est achetée à un producteur d'énergie renouvelables. Il reste toutefois possible d'installer par la suite un système de production autonome à coté de la Ia Tiny et de connecter les 2 (panneau solaire, éolienne, petite turbine hydro, petit méthaniseur, ...) ! Bien entendu, nous ne souhaitons pas atteindre l'autonomie énergétique avec un groupe électrogène alimenté par du pétrole. Cette option n'est toutefois pas à exclure si l'on alimente le groupe par du biodiesel issu du recyclage d'huiles de cuisson !

Le mix énergétique de la Tiny est composé majoritairement d'électricité, et d'un peu de gaz pour cuisiner. Par conséquent, les besoins en hiver sont trop important pour etre alimenté par 1 ou 2 panneau solaires.. Il faudrait faire d'autres choix de conception impactant sur la vie du futur habitant : chauffage au bois, bouteilles de gaz dans le coffre (mais attention à l'origine du gaz, est il d'origine renouvelable ou non?). Ainsi, il se pose également la question de la reproductibilité car  il revient à chacun  de questionner ses besoins énergétiques. 

Jour 61 :
Nous découpons puis posons les contreplaqués du côté de la salle de bain pour la faire la cloison. En parallèle, Nolwenn procéde à l'assemblage du meuble-escalier.

Vue de détail de l'appui lambri pour la cloison

La structure de la cloison

Contreplaqué découpé pour la cloison

Les premières marches de l'escalier

Cables et le contreplaqué pour le chauffe-eau

Collage des meubles